formats

 Étude économique & calculabilités immobilières

Étude économique et calculabilités immobilières

1. Projet de nouvelle construction

1.1 Étude pour le candidat bâtisseur

Lors de tout projet de construction, se pose bien évidemment la question du financement, l’argent étant toujours le nerf de la guerre.

Un budget global est constitué en fonction de divers facteurs et souvent après une visite auprès des établissements bancaires.

Un projet en relation avec le budget disponible est ensuite dessiné et le chantier commencé.

Il arrive néanmoins très souvent que le budget initial ne suffise pas pour terminer le chantier par suite de suppléments ou de tâches non prévues initialement.

S’il n’y a pas de cahier des charges, nous pouvons réaliser pour vous un récapitulatif de toutes les tâches à effectuer et un métré précis afin de limiter au maximum les risques de dépassement de budget et les surprises en fin de chantier.

A ce sujet, notre savoir-faire manuel est un avantage des plus important, car, associé à notre expérience, ce savoir faire nous permet de réaliser des métrés et récapitulatifs avec une grande précision et le risque de dépassement de budget en cours de chantier est réduit à l’extrême minimum.

1.2 Étude pour la banque

Il est plus que fréquent de contracter un prêt hypothécaire pour la réalisation de la maison de ses rêves.

Dans ce cas, la banque a besoin de prendre des garanties afin de s’assurer de récupérer ses billes en cas de problème.

Elle doit donc s’assurer de la valeur de la construction quand celle-ci sera terminée.

Pour ce faire, il est nécessaire de réaliser une expertise sur plan avant travaux, expertise que nous pouvons réaliser dans une totale indépendance.

Nous pouvons tout d’abord chiffrer le coût de la construction en fonction du plan de l’architecte et du cahier des charges. (ou suivant vos choix de matériaux et des techniques de construction si il n’y pas de cahier des charges)

Nous pouvons également séparer la partie matériaux de la partie main d’œuvre.

Cela permet de savoir le montant qu’il est possible d’économiser en faisant soi-même sa construction. (Voir à cet effet notre chapitre »Assistance à la construction »)

Nous donnons ensuite une valeur vénale en vente de gré à gré et en vente publique de l’immeuble quand il sera terminé.

Malheureusement, il nous faut aussi calculer une valeur en vente forcée; on vise ici la situation où un immeuble devrait être vendu afin de payer les créanciers de son propriétaire.

C’est d’ailleurs cette valeur qui intéresse le plus la banque puisqu’elle pourrait se retrouver dans ce cas de figure si le propriétaire ne peut plus faire face à ses engagements envers elle.

2. Rénovation

Le principe est le même que pour une nouvelle construction sauf qu’il faut déterminer la valeur du bien avant travaux,

Il est aussi intéressant de calculer la valeur à neuf de l’ensemble, c’est à dire le montant qu’il faudrait débourser pour reconstruire tout l’immeuble à l’heure d’aujourd’hui, y compris TVA, honoraires de l’architecte, du coordinateur sécurité, du responsable PEB et de l’ingénieur.

Ainsi, le citoyen peut faire assurer son immeuble pour sa valeur à neuf, en ce sens que s’il est détruit suite à un sinistre, il a la possibilité d’en faire reconstruire un autre similaire à l’immeuble détruit sans devoir débourser d’argent.